Clarifications concernant les bouteilles-citernes ALUGAS “Travel Mate” et leur utilisation.

megaphone-1019756_1920

Clarifications concernant les bouteilles-citernes ALUGAS “Travel Mate” et leur utilisation.

Cher visiteur, l’Association allemande pour la technologie du gaz e.V. (GAGT e.V.) souhaite vous informer de l’état actuel des choses concernant les bouteilles ALUGAS “Travel Mate” et leur utilisation. (GAGT e.V.) souhaite vous informer de la situation actuelle concernant les bouteilles de gaz sous pression ALUGAS “Travel Mate”. Tout a maintenant pris une tournure positive pour les propriétaires de conteneurs de gaz sous pression ALUGAS “Travel Mate”. Ceci est entièrement dû aux efforts incessants du GAGT e.V., en collaboration avec la société ALUGAS. Ce dernier était, bien sûr, également le plus lésé par le passé. Mais revenons à ce qui s’est passé et se passe encore aujourd’hui. Sur les pages de nombreuses associations de gaz présumées en Allemagne, la bouteille de carburant ALUGAS “Travel Mate” était pratiquement diabolisée. Les accusations étaient qu’il était dangereux à utiliser et que les propriétaires perdraient leur assurance s’ils l’installaient dans leurs camping-cars et caravanes. Des organisations de surveillance ont même été impliquées, ce qui a permis de diffuser de nombreux “scénarios d’horreur” et le fait encore aujourd’hui. Le dernier recours était le refus des vignettes d’inspection dans le cadre des inspections cutanées conformément au § 29 StVZO.

Il n’est pas nécessaire de rappeler que l’appel à une inspection de l’installation de gaz selon la norme DVGW G 607, à l’instigation de la GAGT e.V., s’est également volatilisé. Une lettre du “Deutscher Verband Flüssiggas e.V.” (DVFG e.V.) est particulièrement remarquable. (DVFG e.V.) en date du 13.02.2020, adressée au chef du service Ref. StV 22 du ministère des Transports (BMVI), avec la question suivante : le BMVI partage-t-il l’avis juridique du DVFG selon lequel l’inspection du système de gaz conformément au Code de pratique G 607 doit toujours être effectuée tous les deux ans en raison du devoir de diligence du propriétaire du véhicule ? Fin de la citation. Si de telles inspections de systèmes de gaz ont été effectuées depuis 1976 environ sans base légale et que, selon les calculs de la GAGT e.V., environ 660 millions de DM ou, à partir de 2001, également en euros, ont été collectés, demandons-nous maintenant au législateur si cela était légal ? Pour le GAGT e.V., ce comportement est pervers et doit faire l’objet d’une enquête des autorités de l’État.

Cependant, le fait que des organismes de contrôle tels que TÜV, DEKRA, KÜS, GTÜ et autres participent encore à ces machinations montre une fois de plus que les autorités supérieures de l’État, en tant qu’autorités de contrôle selon le StVZO, ont perdu le contrôle de leurs organismes de contrôle. Les clients qui se sont rendus dans un centre d’essai n’ont même pas remarqué que ces essais de systèmes de gaz conformément à la norme DVGW G 607 figurent sur les listes de prix affichées sur les tableaux d’affichage des centres d’essai, avec le détail de l’activité et des prix. Combien de stupidité doit-il y avoir en réalité, si l’on paie volontairement 30 à 60 euros sans obligation légale. Ne pas remettre les livrets d’inspection et d’entretien originaux du véhicule et de sa carrosserie délivrés par le constructeur du véhicule ? Au contraire, ils considèrent les livres d’inspection produits par une association comme une sorte de loi. Jusqu’à aujourd’hui, personne ne s’est interrogé sur la destination réelle de l’argent et sur la manière dont il a été déclaré comme revenu au bureau des impôts sans numéro de réservation, et ce en toute légalité. Un tel comportement laisse supposer qu’il pourrait s’agir d’un compte d'”argent noir” !
Parlons maintenant de la vente et de la manipulation de la bouteille de carburant ALUGAS “Travel Mate” dans le cadre de l’installation et de l’utilisation, ainsi que du remplissage par le propriétaire du véhicule d’un camping-car et d’une caravane. Les produits fabriqués par la société ALUGAS, en tant que fabricant de la bouteille de gaz sous pression “Travel Mate”, sont légaux selon la législation européenne. Bien entendu, ils sont également conformes à toutes les directives et réglementations en vigueur dans l’UE. Cette décision a également été prise par les autorités supérieures de l’État (autorités de surveillance du marché des États fédéraux) appartenant à l’Office central des États fédéraux pour la sécurité (ZLS) du ministère de l’environnement et de la protection des consommateurs de l’État de Bavière (StMUV). La déclaration écrite originale est à la disposition du GAGT e.V. et a déjà été remise aux cabinets d’avocats chargés de l’affaire. Il est important de savoir qu’il y a encore des procédures en cours, ainsi qu’un appel à l’OLG de Munich dans l’affaire ALUGAS – DVFG, en raison d’une injonction. Une fois de plus, cependant, dans un souci de clarification, toutes les déclarations se réfèrent uniquement aux bouteilles-citernes ALUGAS “Travel Mate” avec une approbation selon “CE” et non selon “PI”.

En outre, nous vous informons que le GAGT e.V. a déposé une plainte le 09.10.2021 auprès du ZLS de Munich susmentionné pour défaut de déclaration de conformité lors de la vente de conteneurs de gaz sous pression “PI”. Cette plainte est fondée sur l’ordonnance relative aux équipements sous pression transportables (ODV) et sur le règlement (UE) 2019/1020, dont le point (1) exige une application cohérente de l’ODV et de l’ensemble de la surveillance du marché en Allemagne. Le GAGT e.V. a également demandé un rendez-vous avec la commissaire européenne aux transports à Bruxelles, Mme Valea. Puisque le nouveau règlement-cadre (UE) 2018/858 contient également des erreurs techniques considérables, notamment en ce qui concerne les homologations de type pour les camping-cars et les caravanes. Dans le cadre du traitement du thème des conteneurs de gaz sous pression selon “CE”, qu’ils soient de 5 kg, 11 kg ou autres, et des exigences légales applicables, il s’est avéré que les ateliers ou les points d’assistance à la vente, par exemple, n’ont pas la moindre idée des véhicules susmentionnés en ce qui concerne la responsabilité et la sécurité des produits. Cela soulève la question de savoir qui est réellement responsable de ces contributeurs aux guildes ? D’après nos recherches, probablement personne, et ce au détriment des clients.
Les documents sur les notifications du législateur ne sont pas accessibles à tous. Le GAGT e.V. présentera de plus amples détails dans le cadre des cours de formation technique qui débuteront les 4 et 5 mars 2022. Les invitations suivront.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *